Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[app]
— 29 —

des règles communes. Aussi l’examen de l’appareil conduit souvent à reconnaître l’âge d’une construction.

Arc.roman.png

Jusqu’au XIIe siècle l’appareil conserve les traditions transmises par les constructeurs du Bas-Empire. Seulement on ne disposait alors que de moyens de transport médiocres, les routes étaient à peine praticables, les engins pour monter les matériaux insuffisants, les constructions sont élevées en matériaux de petites dimensions, faciles à monter ; les murs, les contre-forts ne présentent que leurs parements en pierre, les intérieurs sont remplis en blocages (1) ; les matériaux mis en œuvre sont courts, sans queues, et d’une hauteur donnée par les lits de carrière ; mais ces lits ne sont pas toujours observés à la pose ; parfois les assises sont alternées hautes et basses, les hautes en délit et les basses sur leur lit.

Maconnerie.medievale.2.png

Ce mode d’appareil appartient plus particulièrement au midi de la France. Dans ce cas, les assises basses pénètrent plus profondément que les assises hautes dans le blocage, et relient ainsi les parements avec le noyau de la maçonnerie. Les arcs sont employés dans les petites portées, parce que les linteaux exigent des pierres d’une forte dimension, et lourdes par conséquent (fig. 2). Les tapisseries sont souvent faites en moellon piqué, tandis que les pieds-droits des fenêtres, les angles, les contre-forts sont en pierre appareillée.

Assise.colonne.XIe.XIIe.siecle.png

Ces constructions mixtes en moellon et pierre de taille se rencontrent fréquemment encore pendant le XIIe siècle dans les bâtisses élevées avec économie, dans les châteaux forts, les maisons particulières, les églises des petites localités. La nature des matériaux influe puissamment sur l’appareil adopté ; ainsi dans les contrées où la pierre de taille est résistante, se débite en grands échantillons, comme en Bourgogne, dans le Lyonnais, l’appareil est grand ; les assises sont hautes, tandis que dans les provinces où les matériaux sont tendres, où le débitage de la pierre