Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/46

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[apo]
— 27 —

sont conservés sans trop d’altérations jusqu’au XVe siècle. Ainsi, saint Pierre est toujours représenté avec la barbe et les cheveux crépus, le front bas, la face large, les épaules hautes, la taille petite ;

Apotre.eglise.Saint.Trophyme.Arles.png

saint Paul chauve, une mèche de cheveux sur le front, le crâne haut, les traits fins, la barbe longue et soyeuse, le corps délicat, les mains fines et longues ; saint Jean imberbe, jeune, les cheveux bouclés, la physionomie douce ; au XVe et surtout au XVIe siècle, saint Pierre, lorsqu’il est seul, est souvent vêtu en pape, la tiare sur la tête et les clefs à la main. Parmi les plus belles statues d’apôtres, nous ne devons pas omettre celles qui sont adossées aux piles intérieures de la Sainte-Chapelle (XIIIe siècle), et qui portent toutes une des croix de consécration (2). Ces figures sont exécutées en liais, du plus admirable travail, et couvertes d’ornements peints et dorés imitant de riches étoffes rehaussées par des bordures semées de pierreries.

Apotres.Vezelay.png

Cet usage de placer les apôtres contre les piliers des églises et des chœurs particulièrement, était fréquent ; nous citerons comme l’un des exemples les plus remarquables le chœur de l’ancienne cathédrale de Carcassonne du commencement du XIVe siècle. Les