Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/452

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 433 —

se défendre isolément, ils ne présentaient qu’un point sur lequel venaient converger les feux de l’assiégeant, et ne pouvaient opposer qu’une défense presque passive aux feux croisés des batteries de siége.

Traverses.et.gabionnages.png

En accumulant les obstacles, ils retardaient les travaux des ennemis sans pouvoir les détruire ; on multiplia donc les bastions ou les plates-formes, c’est-à-dire qu’au lieu de les dresser seulement en avant des portes ou, comme à Hull, dans un but spécial, on en établit de distance en distance pour éloigner les approches et mettre les anciens fronts fortifiés, que l’on conservait à l’abri des feux de l’ennemi[1]. Dans le procès-verbal dressé par Machiavel, déjà cité, sur les fortifications de Florence, nous lisons encore ces passages, touchant l’établissement de bastions ronds en avant des anciens fronts fortifiés : «…Lorsqu’on a dépassé la route de San-Giorgio d’environ cent cinquante brasses (environ cent mètres), on rencontre un angle rentrant que forme le mur en changeant de direction à cet endroit, pour se diriger vers la droite. L’avis du capitaine fut qu’il serait utile d’élever sur ce point ou une casemate ou un bastion rond, qui battît les deux flancs ; et vous saurez que ce qu’il entend par là, c’est que l’on creuse des fossés partout où il se trouve des murs, parce qu’il est d’avis que les fossés sont la première et la plus forte défense des places. Après nous être avancés d’environ cent cinquante autres brasses au delà, jusqu’à un endroit où se trouvent quelques contre-forts, il a été d’avis que l’on y construisît un autre bastion ; et il a pensé que si on le faisait assez fort, et suffisamment avancé, il pourrait rendre inutile la construction du bastion de l’angle rentrant, dont il a été question précédemment.

Au delà de point, on trouve une tour, dont il a été d’avis d’augmenter l’étendue et de diminuer la hauteur, en la disposant de manière qu’on puisse manœuvrer sur son sommet des pièces de grosse artillerie ; il pense qu’il serait utile d’en faire autant à toutes les autres tours qui

  1. Défenses de la ville de Blaye. Topog. de la Gaule, Mérian.