Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/429

Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
[arc]
— 410 —

nombreuse pour battre les murailles et faire brèche à distance, l’ancien système défensif parut tellement inférieur aux moyens d’attaque qu’il fallut le modifier profondément.

Equipement.arbaletrier.2.png

Les tours couvertes de combles pour la plupart d’un petit diamètre, voûtées d’une manière assez légère, ne pouvaient servir à placer du canon ; en enlevant les combles et faisant des plates-formes (ce qui fut souvent exécuté au milieu du XVe siècle), on parvenait à placer une ou deux pièces au sommet, qui ne causaient pas un grand dommage aux assaillants, et qui, par leurs feux plongeants, ne frappaient qu’un point. Il fallait sans cesse les déplacer pour suivre les mouvements de l’attaque, et leur recul ébranlait souvent les maçonneries au point ne nuire plus aux défenseurs qu’aux assiégeants. Sur les courtines, les chemins de ronde qui n’avaient guère que deux mètres au plus de largeur, ne pouvaient recevoir du canon ; on faisait alors à l’intérieur des remblais en terre jusqu’au niveau de ces chemins, pour pouvoir monter les pièces et les mettre en batterie ;

Cranequin.arbalete.png

mais par suite de l’élévation de ces courtines, les feux étaient plongeants et ne produisaient pas un grand effet. Sans renoncer dès lors à placer l’artillerie à feu sur les sommets des défenses, partout où la chose fût praticable, on ouvrit des embrasures dans les étages inférieurs des tours au niveau du sommet de la contrescarpe des fossés, afin d’obtenir un tir rasant, d’envoyer des projectiles en ricochets, et de forcer l’assaillant à faire des tranchées profondes pour approcher des places. Sous Charles VII, en effet, beaucoup d’attaques de châteaux et de villes avaient été brusquées et avaient réussi. Des pièces de canon étaient amenées à découvert en face de la fortification, et avant que l’assiégé eût eu le temps de mettre en batterie les

    triers (45) est pavaisé, c’est-à-dire qu’il porte, sur son dos, un large pavois attaché à une courroie ; en se retournant pour bander son arbalète, il se trouvait ainsi garanti contre les traits ennemis. L’anneau en fer, adapté à l’extrémité de l’arbalète, servait à passer le pied lorsqu’on faisait agir le cranequin pour bander l’arc.