Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/427

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 408 —

sur un affût à crémaillères, permettant de pointer la pièce. Les boulets de ce dernier canon sont de pierre, tandis que ceux des canons doubles sont en métal. On mettait le feu à la poudre renfermée dans la boîte au moyen d’une tige de fer rougie dans un fourneau. L’établissement de ces pièces en batterie, leur chargement, surtout lorsqu’il fallait après chaque coup remplacer les boîtes, les moyens accessoires pour mettre le feu ; tout cela était long. Au commencement du XVe siècle les canons de gros calibre employés dans les siéges n’étaient pas en assez grand nombre, étaient d’un transport trop difficile, ne pouvaient pas être chargés assez rapidement pour pouvoir produire des effets prompts et décisifs dans l’attaque des places. Il fallait avoir, pour éloigner les défenseurs des créneaux, des archers en grand nombre et des arbalétriers ; des archers surtout qui avaient, ainsi que nous l’avons vu, une grande supériorité sur les arbalétriers à cause de la rapidité du tir de l’arc.

Equipement.archer.png

Chaque archer (44) était muni d’un sac de cuir contenant deux ou trois douzaines de sagettes. Au moment du combat, il laissait son sac ouvert à terre, et gardait sous son pied gauche quelques flèches, le fer tourné à sa gauche ; sans les voir il les sentait ainsi, il pouvait les prendre une à une en abaissant la main, et ne perdant pas le but de vue (point important pour un tireur). Un bon archer pouvait décocher une dizaine de