Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/392

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 373 —

isolés dominant des villages, des bourgades et des petites villes ouvertes, ou commandant leurs défenses, et ne s’y rattachant que par des ouvrages intermédiaires. Parmi ces châteaux il en était de plusieurs sortes, les uns se composaient d’un simple donjon entouré d’une enceinte et de quelques logements, d’autres comprenaient de vastes espaces enclos de fortes murailles, des réduits isolés, un ou plusieurs donjons ; placés sur des routes, ils pouvaient intercepter les communications, et formaient ainsi des places fortes, vastes et d’une grande importance sous le point de vue militaire, exigeant pour les bloquer une armée nombreuse, pour les prendre, un attirail de siége considérable et un temps fort long. Les châteaux, ou plutôt les groupes de châteaux de Loches et de Chauvigny, que nous avons déjà cités, étaient de ce nombre[1]. Autant que faire se pouvait, on profitait des escarpements naturels du terrain pour planter les châteaux ; car ils se trouvaient ainsi à l’abri des machines de guerre, de la sape ou de la mine ; l’attaque ne se faisant que de très-près, et les machines de jet ne pouvant élever leurs projectiles qu’à une hauteur assez limitée, il y avait avantage à dominer l’assaillant soit par les escarpements des rochers, soit par des constructions d’une grande élévation, en se réservant dans la construction intérieure des tours et courtines le moyen de battre l’ennemi extérieur au niveau du plan de l’attaque. Nous avons vu que les tours de l’époque romane ancienne étaient pleines dans leur partie inférieure, et les courtines terrassées. Dès le commencement du XIIe siècle on avait reconnu l’inconvénient de ce mode de construction qui ne donnait à l’assiégé que le sommet de ces tours et courtines pour se défendre, et livrait tous les soubassements aux mineurs ou pionniers ennemis ; ceux-ci pouvaient poser des étançons sous les fondations, et faire tomber de larges pans de murailles en mettant le feu à ces étais, ou creuser une galerie de mine sous ces fondations et terrassements, et déboucher dans l’intérieur de l’enceinte.

Pour prévenir ces dangers les constructeurs militaires établirent, dans les tours, des étages depuis le sol des fossés ou le niveau de l’eau, ou l’arase de l’escarpement de rocher ; ces étages furent percés de meurtrières, se chevauchant ainsi que l’indique la figure 21, de manière à envoyer des carreaux sur tous les points de la circonférence des tours autant que faire se pouvait ; ils en établirent également dans les courtines, surtout lorsqu’elles servaient de murs à des logis divisés en étages, ce qui dans les châteaux avait presque toujours lieu. Les pionniers arrivaient ainsi plus difficilement au pied des murs, car il leur fallait se garantir non-seulement contre les projectiles jetés de haut en bas, mais aussi contre les traits décochés obliquement et horizontalement par les meurtrières ; s’ils parvenaient à faire un trou au pied du mur ou de la tour, ils devaient se trouver en face d’un corps d’assiégés qui, prévenus par les coups de la sape, avaient pu élever une palis-

  1. Nous renvoyons nos lecteurs au mot Château. Nous donnons en détail, dans cet article important, les diverses dispositions et le classement de ces demeures féodales, ainsi que les moyens particuliers de défense, de secours, etc.