Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/376

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 357 —

cette première porte, il devait longer un parapet percé d’archères, forcer une barrière, se détourner brusquement et s’emparer d’une deuxième porte G, étant encore battu de flanc. Alors il se trouvait devant un ouvrage considérable et bien défendu : c’était un couloir long, surmonté de deux étages sous lesquels il fallait passer ; le premier battait la dernière porte au moyen d’une défense en bois, et était percé de mâchicoulis dans la longueur du passage. Le second communiquait aux crénelages donnant soit à l’extérieur, du côté des rampes, soit au-dessus même de ce passage. Le plancher du premier étage ne communiquait avec les chemins de ronde des lices que par une petite porte. Si les assaillants parvenaient à s’en emparer par escalade, ils étaient pris comme dans un piège ; car la petite porte fermée sur eux, ils se trouvaient exposés aux projectiles lancés par les mâchicoulis du deuxième étage, et l’extrémité du plancher étant interrompue brusquement en H du côté opposé à l’entrée, il leur était impossible d’aller plus avant. S’ils franchissaient le couloir à rez-de-chaussée, ils étaient arrêtés par la troisième porte H, percée dans un mur surmonté par les mâchicoulis du troisième étage communiquant avec les chemins de ronde supérieurs du château. Si, par impossible, ils s’emparaient du deuxième étage, ils ne trouvaient plus d’issues qu’une petite porte donnant dans une seconde salle située le long des murs du château et ne communiquant à celui-ci que par des détours qu’il était facile de barricader en un instant, et qui d’ailleurs étaient défendus par de forts ventaux. Si, malgré tous ces obstacles accumulés, les assiégeants forçaient la troisième porte, il leur fallait alors attaquer la poterne I du château, gardée par un système de défense formidable : des meurtrières, deux mâchicoulis placés l’un au-dessus de l’autre, un pont avec plancher mobile, une herse et des ventaux. Se fût-on emparé de cette porte, qu’on se trouvait à 7 mètres en contre-bas de la cour intérieure L du château, à laquelle on n’arrivait que par des rampes étroites, et en passant à travers plusieurs portes en K.

En supposant que l’attaque fût poussée du côté de la porte de l’Aude, on était arrêté par un poste T, une porte avec ouvrage en bois et un double mâchicoulis percé dans le plancher d’un étage supérieur communiquant avec la grand’salle sud du château, au moyen d’un passage en bois qui pouvait être détruit en un instant ; de sorte qu’en s’emparant de cet étage supérieur on n’avait rien fait. Si, après avoir franchi la porte du rez-de-chaussée, on poussait plus loin sur le chemin de ronde le long de la grande tour carrée S, on rencontrait bientôt une porte bien munie de mâchicoulis et bâtie parallèlement au couloir CH. Après cette porte et ces défenses, c’était une seconde porte étroite et basse percée dans le gros mur de refend Z qu’il fallait forcer ; puis enfin, on arrivait à la poterne I du château. Si, au contraire (chose qui n’était guère possible), l’assaillant se présentait du côté opposé par les lices du nord, il était arrêté par une défense V. Mais de ce côté l’attaque ne pouvait être tentée, car c’est le point de la cité qui est le mieux défendu par la nature, et pour forcer la première enceinte entre la tour du Trésau (voy. fig. 11) et l’angle du château, il fallait d’abord gravir