Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/359

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 340 —

une garnison au moins égale à l’armée d’investissement, pour garnir suffisamment les remparts, et repousser des attaques qui ne pouvaient être prévues souvent qu’au moment où elles étaient exécutées.

Pour parer aux inconvénients que présentaient les grands fronts fortifiées, vers la fin du XIIe siècle on eut l’idée d’établir, en avant des enceintes continues flanquées de tours, des forteresses isolées, véritables forts détachés destinés à tenir l’assaillant éloigné du corps de la place, et à le forcer de donner à ses lignes de contre-vallation une étendue telle qu’il eût fallu une armée immense pour les garder. Avec l’artillerie moderne, la convergence des feux de l’assiégeant lui donne la supériorité sur la divergence des feux de l’assiégé ; mais, avant l’invention des bouches à feu, l’attaque ne pouvait être que très-rapprochée, et toujours perpendiculaire au dispositif défensif ; il y avait donc avantage pour l’assiégé à opposer à l’assaillant des points isolés ne se commandant pas les uns les autres, mais bien défendus ; on éparpillait ainsi les forces de l’ennemi, en le contraignant à entreprendre des attaques simultanées sur des points choisis par l’assiégé et munis en conséquence. Si l’assaillant laissait derrière lui les réduits isolés pour venir attaquer les fronts de la place, il devait s’attendre à avoir sur les bras les garnisons des forts détachés au moment de donner l’assaut, et sa position était mauvaise. Quelquefois, pour éviter de faire le siège en règle de chacun de ces forts, l’assiégeant, s’il avait une armée nombreuse, élevait des bastilles de pierre sèche, de bois et de terre, établissait des lignes de contre-vallation autour des forteresses isolées, et, renfermant leurs garnisons, attaquait le corps de la place. Toutes les opérations préliminaires des sièges étaient longues, incertaines ; il fallait des approvisionnements considérables de bois, de projectiles, et souvent les ouvrages de contre-vallation, les tours mobiles, les bastilles fixes de bois et les engins étaient à peine achevés, qu’une sortie vigoureuse des assiégés ou une attaque de nuit, détruisait le travail de plusieurs mois, par le feu et la hache. Pour éviter ces désastres, les assiégés établissaient leurs lignes de contre-vallation au moyen de doubles rangs de fortes palissades de bois espacés de la longueur d’une pique (trois à quatre mètres), et, creusant un fossé en avant, se servaient de la terre pour remplir l’intervalle entre les palis ; ils garnissaient leurs machines, leurs tours de bois fixes et mobiles, de peaux de bœuf et de cheval, fraîches ou bouillies, ou d’une grosse étoffe de laine, afin de les mettre à l’abri des projectiles incendiaires. Il arrivait souvent que les rôles changeaient, et que les assaillants, repoussés par les sorties des garnisons et forcés de se réfugier dans leur camp, devenaient, à leur tour, assiégés. De tout temps les travaux d’approche des sièges ont été longs et hérissés de difficultés ; mais alors, bien plus qu’aujourd’hui, les assiégés sortaient de leurs murailles soit pour escarmoucher aux barrières et empêcher des établissements fixes, soit pour détruire les travaux exécutés par les assaillants ; les armées se gardaient mal, comme toutes les troupes irrégulières et peu disciplinées ; on se fiait aux palis pour arrêter un ennemi audacieux, et chacun se reposant sur son