Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/325

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 306 —

avec tous ses gens ; le fils du roi de Castille avec tous ses gens ; et beaucoup d’autres chevaliers, clercs et religieux que nous passons sous silence. Et cependant, malgré ces innombrables hôtes, jamais les moines ne se dérangèrent de leur dortoir, de leur réfectoire, de leur chapitre, de leur infirmerie, de leur cuisine, de leur cellier, ni d’aucun des lieux réputés conventuels. L’évêque de Langres fut aussi logé dans l’enceinte du couvent. » Innocent IV séjourna un mois entier à Cluny, et saint Louis quinze jours.

Ce passage fait bien connaître ce qu’étaient devenues les grandes abbayes au XIIIe siècle, à quel degré de richesse elles étaient arrivées, quelle était l’étendue incroyable de leurs dépendances, de leurs bâtiments, et combien l’institution monastique devait s’altérer au milieu de ces influences séculières. Saint Louis et ses successeurs se firent les protecteurs immédiats de Cluny ; mais par cette protection même, attentive et presque jalouse, ils enlevaient au grand monastère cette indépendance qui, pendant les XIe et XIIe siècles, avait été d’un si puissant secours au Saint-Siège[1].

En perdant leur indépendance ; les ordres religieux perdirent leur originalité comme artistes constructeurs ; d’ailleurs, l’art de l’architecture enseigné et professé par eux ; était sorti de leurs mains à la fin du XIIe siècle, et à partir de cette époque, sauf quelques données traditionnelles conservées dans les couvents, quelques dispositions particulières apportées par les nouveaux ordres prêcheurs, l’architecture monastique ne diffère pas de l’architecture civile. À la fin du XVe siècle la plupart des abbayes étaient tombées en commende, et celle de Cluny elle-même échut à la maison de Lorraine. Au XVIe siècle, avant la réformation, beaucoup furent sécularisées. Autour des établissements religieux tout avait marché, tout s’était élevé, grâce à leurs efforts persévérants, à l’enseignement qu’ils avaient répandu dans les classes inférieures. Pendant le cours du XIIIe siècle, les ordres mendiants avaient eux-mêmes rempli leur tâche : ils ne pouvaient que décliner. Quand arriva la tempête religieuse du XVIe siècle, ils furent hors d’état de résister, et depuis cette époque jusqu’à la révolution du dernier siècle, ce ne fut qu’une longue agonie. Il faut rendre cette justice aux bénédictins qu’ils employèrent cette dernière période de leur existence (comme s’ils prévoyaient leur fin prochaine) à réunir une masse énorme de documents enfouis dans leurs riches bibliothèques, et à former ces volumineux recueils qui nous sont devenus si précieux aujourd’hui, et qui sont comme le testament de cet ordre.

  1. Pour donner une idée des tendances du pouvoir royal en France dès le XIIIe siècle, nous citerons cette parole du roi saint Louis en apprenant qu’après avoir excommunié l’empereur Frédéric, et délié ses sujets du serment de fidélité, Grégoire X offrait la couronne impériale au comte Robert, frère du roi de France : « il s’étonnait, dit-il, de l’audace téméraire du pape, qui osait déshériter et précipiter du trône un aussi grand prince, qui n’a point de supérieur ou d’égal parmi les chrétiens. » (Hist. de l’abb. de Cl., par Lorain.)