Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/280

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 261 —

usage de peindre la scène du jugement dernier dans les réfectoires de la règle de Cluny était fréquent ; il y a quelque temps que l’on voyait les traces d’une de ces représentations dans le réfectoire de l’abbaye de Moissac, détruit aujourd’hui pour donner passage au chemin de fer de Bordeaux à Toulouse.

La ville de Cluny, qui est bâtie au midi de l’abbaye sur le rampant d’un coteau s’inclinant vers l’église, renferme encore une grande quantité de charmantes maisons des XIIe et XIIIe siècles ; elle fut entourée de murs vers la fin du XIIe siècle par les abbés, et pour reconnaître ce service, la ville s’engagea dès lors à payer des dîmes au monastère. Outre les deux tours du narthex, l’église de Cluny possédait trois clochers posés à cheval sur son premier transsept et un clocher sur le centre de la deuxième croisée, que l’on désignait sous le nom de clocher des lampes, parce qu’il contenait à sa base les couronnes de lumières qui brûlaient perpétuellement au-dessus du grand autel.

Plan.abbaye.Tournus.png

Il n’est pas douteux que l’abbaye ne fût entourée de murs fortifiés avant la construction des murs de la ville, et lorsque celle-ci faisait, pour ainsi dire, partie du monastère. La curieuse abbaye de Tournus, dont nous donnons ici le plan (3), était entourée de murs continuant les remparts de la ville du côté nord et possédant ses défenses particulières du côté du midi dans la cité même[1]. Une charte de Charles le Chauve désigne ainsi Tournus : « Trenorchium castrum, Tornutium villa, et cella Sancti Valeriani ;  » le château, la ville de Tournus, et l’enceinte sacrée de Saint-Valérian. Ces divisions étaient fréquentes au moyen âge, et lorsque les monastères étaient voisins de villes, soit parce qu’ils s’étaient établis proche de cités déjà existantes, soit parce que successivement des habitations laïques s’étaient agglomérées près d’eux, ils avaient toujours le soin de conserver un côté découvert donnant sur la campagne, ne se laissant pas entourer de toutes parts. À Paris, l’abbaye Saint-Germain des Prés possédait une vaste étendue de terrains situés à l’ouest du monastère, et il fallut que la ville s’étendît singulièrement pour déborder ces

  1. Ce plan est à l’échelle de 0m,0005 pour mètre.