Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/27

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[abs]
— 8 —

commence à prendre une importance qui s’accroît pendant le XIVe siècle, comme à Saint-Ouen de Rouen (10),

Chapelle.absidale.Saint.Ouen.Rouen.png

pour former bientôt une petite église annexée au chevet de la grande, comme à la cathédrale de Rouen, et, plus tard, dans presque toutes les églises du XVe siècle. Les constructions des absides et chapelles absidales qui conservent le plan circulaire dans les édifices antérieurs au XIIIe siècle, abandonnent ce parti avec la tradition romane, pour se renfermer dans le plan polygonal plus facile à combiner avec le système des voûtes à nervures alors adopté, et avec l’ouverture des grandes fenêtres à meneaux, lesquelles ne peuvent s’appareiller sur un plan circulaire.

En France, les absides carrées ne se rencontrent guère que dans des édifices d’une médiocre importance. Toutefois, nous avons cité la cathédrale de Laon et l’église de Dol, qui sont terminées par des absides carrées et un grand fenestrage comme la plupart des églises anglaises.

Abside.eglise.Vernouillet.png

Ce mode de clore le chevet des églises est surtout convenable pour des édifices construits avec économie et sur de petites dimensions. Aussi a-t-il été fréquemment employé dans les villages ou petites bourgades, particulièrement dans le nord et la Bourgogne. Nous citerons les absides carrées des églises de Montréal (Yonne), XIIe siècle ; de Vernouillet (11), XIIIe siècle, de Gassicourt, XIVe siècle, près Mantes ; de Tour (12), fin du XIVe siècle, près Bayeux ;

Abside.eglise.Tour.png

de Clamecy, XIIIe siècle, circonscrite par le bas-côté. Nous mentionnerons aussi les églises à absides jumelles ; nous en connaissons plusieurs exemples, et, parmi les plus remarquables, l’église de Varen, XIIe siècle (Tarn-et-Garonne) et l’église du Thor, à Toulouse, fin du XIVe (13). Dans les églises de