Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/213

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 194 —

l’inconvénient de présenter des hauteurs d’arcades à peu près égales à celles de la galerie supérieure ; le mur nu surmontant les archivoltes de premier étage, devait paraître lourd au-dessus de la claire-voie, et était assez misérablement percé par les fenêtres perdues sous les formerets des grandes voûtes (29). Il semble (et on peut encore se rendre compte de cet effet en examinant la première travée de la nef laissée dans son état primitif) que les constructeurs aient été embarrassés de finir un édifice commencé sur un plan vaste et largement conçu. Jusqu’à la hauteur de la galerie on trouve dans les moyens d’exécution une sûreté, une franchise qui se perdent dans les œuvres hautes, trahissant au contraire une certaine timidité.

Plan.croisillon.sud.cathedrale.Soissons.png

C’est qu’en effet, jusqu’aux appuis des fenêtres supérieures, la tradition des constructions romanes servait de guide, mais à partir de cette arase il fallait employer un mode de construire encore bien nouveau.

Ces difficultés et ces défauts n’apparaissent pas au même degré dans les ronds-points des grands édifices de cette époque ; par suite de leur plantation circulaire, les constructions se maintenaient plus facilement ; les voûtes supérieures n’exerçaient pas dans les absides une poussée comparable à celle des voûtes des nefs agissant sur deux murs parallèles, isolés, maintenus sur les piles inférieures par une loi d’équilibre et non par leur stabilité propre. Ces piles, plus rapprochées dans les chœurs à cause du rayonnement du plan (voy. Cathédrale), donnaient une proportion moins écrasée aux arcades des bas côtés et galeries hautes, les, fenêtres supérieures elles-mêmes, mieux encadrées par suite du rapprochement des faisceaux de colonnettes portant les voûtes, ne semblaient pas nager dans un espace vague. Le rond-point de la cathédrale de Paris, tel que Maurice de Sully l’avait laissé en 1196, était certainement d’une plus heureuse proportion que les travées parallèles du chœur ou de la nef, mais ce n’était encore, à l’intérieur du moins, qu’une tentative, non une œuvre complète, réussie. Une construction, moins vaste mais mieux conçue,