Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/212

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 193 —

diocre hauteur ; les fenêtres du second collatéral pouvaient à peine alors donner du jour dans les deux bas côtés A, B. La galerie construite au-dessus du collatéral B fut couverte par des voûtes en arcs d’ogives rampantes, de manière à ouvrir de grandes et hautes fenêtres dans le mur extérieur de C en D.

Flanc.exterieur.interieur.cathedrale.Paris.png

La claire-voie E permettait ainsi à ces fenêtres d’éclairer le vaisseau principal, la projection de la lumière suivant la ligne ponctuée DF. Un comble assez plat pour ne pas obliger de trop relever les appuis des fenêtres hautes, couvrit les voûtes de la galerie, le mur GH resta plein, et les fenêtres supérieures ne purent éclairer que les grandes voûtes. Très-probablement des arcs-boutants à double volée contre-butaient alors ces grandes voûtes. À l’extérieur, l’aspect de cette vaste église ne laissait pas que d’être majestueux, plein d’unité, facile à comprendre (28) ; mais il n’en était pas de même à l’intérieur, où apparaissaient de graves défauts de proportion. Les collatéraux sont non-seulement bas, écrasés, mais ils ont