Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/198

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 179 —

de Limoges, dans les églises de Châtillon-sur-Seine, et de l’abbaye de Fontenay près Montbard de l’ordre de Cîteaux, on voit les bas côtés voûtés par une suite de berceaux parallèles perpendiculaires à la nef portant sur des arcs-doubleaux ; les travées de ces nefs sont larges ; la poussée continue du grand berceau supérieur se trouve contre-buttée par les sommets des berceaux perpendiculaires des bas côtés, et par des murs élevés sur les arcs-doubleaux qui portent ces berceaux ; murs qui sont de véritables contre-forts, quelquefois même allégés par des arcs et servant en même temps de points d’appui aux pannes des combles inférieurs : l’exemple (14) que nous donnons ici fait comprendre toute l’ossature de cette construction ;

Nef.eglise.medievale.png

A, arcs-doubleaux des bas côtés portant les berceaux perpendiculaires à la nef, ainsi que les murs porte-pannes et contre-forts B, allégés par des arcs de décharge, véritables arcs-boutants noyés sous les combles. Dans ces édifices religieux, la charpente supérieure se trouvait supprimée, la tuile recouvrait simplement le berceau ogival C. Quant à la charpente des bas côtés, elle se trouvait réduite à des cours de pannes et des chevrons portant également ou de la tuile creuse, ou de grandes tuiles plates le plus souvent vernissées (voy. Cou-