Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/174

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 155 —

de colonnettes aussi nombreuses que les moulures des arcs qu’elles doivent porter. La sculpture perd de son importance, appauvrie par les combinaisons géométriques de l’architecture, elle semble ne plus trouver sa place, elle devient confuse à force de vouloir être délicate. Malgré l’excessive recherche des combinaisons, et à cause du rationalisme qui préside à toutes les parties de l’architecture, celle-ci vous laisse froid devant tant d’efforts, dans lesquels on rencontre plus de calcul que d’inspiration.

Il faut dire d’ailleurs que le XIIIe siècle avait laissé peu de chose à faire au XIVe en fait d’architecture religieuse. Nos grandes églises étaient presque toutes achevées à la fin du XIIIe siècle, et sauf Saint-Ouen de Rouen, on trouve peu d’églises commencées et terminées pendant le cours du XIVe siècle. Il ne restait plus aux architectes de cette époque qu’à compléter nos vastes cathédrales ou leurs dépendances.

Mais c’est pendant ce siècle que la vie civile prend un plus grand développement, que la nation appuyée sur le pouvoir royal commence à jouer un rôle important, en éloignant peu à peu la féodalité de la scène politique. Les villes élèvent des maisons communes, des marchés, des remparts ; la bourgeoisie enrichie, bâtit des maisons plus vastes, plus commodes, où déjà les habitudes de luxe apparaissent. Les seigneurs féodaux donnent à leurs châteaux un aspect moins sévère ; il ne s’agit plus pour eux seulement de se défendre contre de puissants voisins, d’élever des forteresses destinées à les protéger contre la force, ou à garder le produit de leurs rapines ; mais leurs droits respectifs mieux réglés, la souveraineté bien établie du pouvoir royal, leur permettent de songer à vivre sur leurs domaines non plus en conquérants, mais en possesseurs de biens qu’il faut gouverner, en protecteurs des vassaux réunis autour de leurs châteaux ; dès lors on décore ces demeures naguère si sombres et si bien closes, on ouvre de larges fenêtres destinées à donner de l’air et de la lumière dans les appartements, on élève des portiques, de grandes salles pour donner des fêtes, ou réunir un grand concours de monde ; on dispose en dehors des enceintes intérieures, des bâtiments pour les étrangers ; quelquefois même des promenoirs, des églises, des hospices destinés aux habitants du bourg ou village, viennent se grouper autour du château seigneurial.

Les malheurs qui désolèrent la France à la fin du XIVe siècle et au commencement du XVe ralentirent singulièrement l’essor donné aux constructions religieuses ou civiles. L’architecture suit l’impulsion donnée pendant les XIIIe et XIVe siècles, en perdant de vue peu à peu son point de départ ; la profusion des détails étouffe les dispositions d’ensemble ; le rationalisme est poussé si loin dans les combinaisons de la construction et dans le tracé, que tout membre de l’architecture qui se produit à la base de l’édifice pénètre à travers tous les obstacles, montant verticalement jusqu’au sommet sans interruption. Ces piles, ces moulures qui affectent des formes prismatiques, curvilignes, concaves avec arêtes saillantes et se pénètrent en reparaissant toujours, fatiguent l’œil, préoccupent plus qu’elles ne charment, forcent l’esprit à un travail perpétuel, qui ne laisse