Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/150

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 131 —

relles, sentent cependant le savant dialecticien et métaphysicien. La dialectique et la logique étaient passées d’Orient en Occident, et les méthodes philosophiques des docteurs de Byzance avaient suivi le grand mouvement intellectuel imprimé par Charlemagne. Les théologiens occidentaux mettaient en œuvre, dès le XIe siècle, dans leurs écrits ou leurs discussions, toutes les ressources de la raison et de la logique pour arriver à la démonstration et à la preuve des vérités mystérieuses de la religion[1]. Personne n’ignore l’immense popularité que s’était acquise Abailard dans l’enseignement pendant le XIIe siècle. Cet esprit élevé et subtil, croyant, mais penchant vers le rationalisme, façonnait la jeunesse des écoles de Paris à cette argumentation scolastique, à cette rigueur de raisonnement qui amènent infailliblement les intelligences qui ne sont pas éclairées d’une foi vive, au doute. Nous retrouvons cet esprit d’analyse dans toutes les œuvres d’art du moyen âge, et dans l’architecture surtout qui dépend autant des sciences positives que de l’inspiration. Saint Bernard sentit le danger, il comprit que cette arme du raisonnement mise entre les mains de la jeunesse, dans des temps si voisins de la barbarie, devait porter un coup funeste à la foi catholique ; aussi n’hésite-t-il pas à comparer Abailard à Arius, à Pélage et à Nestorius. Abailard, en 1122, se voyait forcé, au concile de Soissons, de brûler de sa propre main, sans même avoir été entendu, son Introduction à la théologie, dans laquelle il se proposait de défendre la trinité et l’unité de Dieu contre les arguments des philosophes, en soumettant le dogme à toutes les ressources de la dialectique ; et en 1140, à la suite des censures du concile de Sens, il dut se retirer à l’abbaye de Cluny, où les deux dernières années de sa vie furent consacrées à la pénitence. Cependant, malgré cette condamnation, l’art de la dialectique, devint de plus en plus familier aux écrivains les plus orthodoxes, et de cette école de théologiens scolastiques sortirent, au XIIIe siècle, des hommes tels que Roger Bacon, Albert le Grand et saint Thomas d’Aquin. Saint Bernard et Abailard étaient les deux têtes des deux grands principes qui s’étaient trouvés en présence pendant le cours du XIIe siècle au sein du clergé : saint Bernard représentait la foi pure, le sens droit ; il croyait fermement à la théocratie comme au seul moyen de sortir de la barbarie, et il commençait en homme sincère par introduire la réforme parmi ceux dont il voulait faire les maîtres du monde ; l’esprit de saint Paul résidait en lui. Abailard représentait toutes les ressources de la scolastique, les subtilités de la logique et l’esprit d’analyse poussé aux dernières limites. Ce dernier exprimait bien plus, il faut le dire, les tendances de son époque que saint Bernard ; aussi le haut clergé ne chercha pas à briser l’arme dangereuse d’Abailard, mais à s’en servir ; il prit les formes du savant docteur en conservant l’orthodoxie du saint. Nous insistons sur ce point parce qu’il indique clairement à notre sens le mouvement qui s’était produit dans

  1. Grégoire VII, saint François d’Assises et saint Thomas d’Aquin, par J. Delécluze, Paris, 1844; t. II, p. 64 à 85. — Ouvrages inédits d’Abailard, par M. Cousin. Introduction, p. CLV et suiv.