Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 116 —

pouvait être autrement, aussi bien pour gagner du temps que pour être assuré de l’exactitude du tracé, puisque encore aujourd’hui il est impossible d’élever une construction en style ogival si l’on ne dessine ses épures soi-même. N’oublions pas que toutes les pierres étaient taillées et achevées sur le chantier avant d’être posées et qu’il fallait par conséquent apporter la plus grande précision et l’étude la plus complète dans le tracé des épures (voy. Appareil, Épure, Tracé).

ARCHITECTURE, s. f., art de bâtir. L’architecture se compose de deux éléments, la théorie et la pratique ; la théorie comprend : l’art proprement dit, les règles inspirées par le goût, issues des traditions, et la science qui peut se démontrer par des formules invariables, absolues. La pratique est l’application de la théorie aux besoins ; c’est la pratique qui fait plier l’art et la science à la nature des matériaux, au climat, aux mœurs d’une époque, aux nécessités du moment. En prenant l’architecture à l’origine d’une civilisation qui succède à une autre, il faut nécessairement tenir compte des traditions d’une part, et des besoins nouveaux de l’autre. Nous diviserons donc cet article en plusieurs parties : la première comprendra une histoire sommaire des origines de l’architecture du moyen âge en France ; la seconde traitera des développements de l’architecture depuis le XIe siècle jusqu’au XVIe, des causes qui ont amené son progrès et sa décadence, des différents styles propres à chaque province ; la troisième comprendra l’architecture religieuse ; la quatrième l’architecture monastique ; la cinquième l’architecture civile ; la sixième l’architecture militaire.

origines de l’architecture française. Lorsque les barbares firent irruption dans les Gaules, le sol était couvert de monuments romains, les populations indigènes étaient formées de longue main à la vie romaine. Aussi fallut-il trois siècles de désastres pour faire oublier les traditions antiques. Au VIe siècle il existait encore au milieu des villes gallo-romaines un grand nombre d’édifices épargnés par la dévastation et l’incendie ; mais les arts n’avaient plus, quand les barbares s’établirent définitivement sur le sol, un seul représentant, personne ne pouvait dire comment avaient été élevés les monuments romains. Des exemples étaient encore debout, mais comme des énigmes à deviner pour ces populations neuves. Tout ce qui tient à la vie journalière, le gouvernement de la cité, la langue, avait encore survécu au désastre ; mais l’art de l’architecture qui demande de l’étude, du temps, du calme pour se produire, était nécessairement tombé dans l’oubli. Le peu de fragments d’architecture qui nous restent des VIe et VIIe siècles ne sont que de pâles reflets de l’art romain, souvent des débris amoncelés tant bien que mal par des ouvriers inhabiles sachant à peine poser du moellon et de la brique. Aucun caractère particulier ne distingue ces bâtisses informes qui donnent plutôt l’idée de la décadence d’un peuple que de son enfance. En effet, quels éléments d’art les Francs avaient-ils pu jeter au milieu de la population gallo-romaine ? Nous voyons alors le clergé s’établir dans les basiliques ou les temples restés debout, les rois