Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/133

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 114 —

qui, sous le règne de Louis XI, détruisit toutes les charpentes de la cathédrale et une partie des maçonneries supérieures, veut réparer le désastre ; il fait comparaître devant lui chaque corps d’état : maçons, charpentiers, plombiers, serruriers, et il demande à chacun son avis, il adopte séparément chaque projet (voy. Devis). Nous voyons aujourd’hui les résultats monstrueux de ce désordre. Ces restaurations, mal faites, sans liaison entre elles, hors de proportion avec les anciennes constructions, ces œuvres séparées, apportées les unes à côté des autres, ont détruit la belle harmonie de cette admirable église, et compromettent sa durée. En effet le charpentier était préoccupé de l’idée de faire quelque chef-d’œuvre, il se souciait peu que sa charpente fût d’accord avec la maçonnerie sur laquelle il la plantait. Le plombier venait, qui ménageait l’écoulement des eaux suivant son projet, sans s’inquiéter si, à la chute du comble, elles trouveraient leurs pentes naturelles et convenablement ménagées dans les chéneaux de pierre. Le sculpteur prenait l’habitude de travailler dans son atelier, puis il attachait son œuvre à l’édifice comme un tableau à une muraille, ne comprenant plus qu’une œuvre d’art, pour être bonne, doit avant tout être faite pour la place à laquelle on la destine. Il faut dire à la louange des architectes de la renaissance qu’ils surent relever leur profession avilie au XVe siècle par la prépondérance des corps de métiers, ils purent rendre à l’intelligence sa véritable place ; mais en refoulant le travail manuel au second rang ils l’énervèrent, lui enlevèrent son originalité, cette vigueur native qu’il avait toujours conservée jusqu’alors dans notre pays.

Pendant les XIIIe et XIVe siècles, les architectes laïques sont sans cesse appelés au loin pour diriger la construction des églises, des monastères, des palais. C’est surtout dans le nord de la France que l’on recrute des artistes pour élever des édifices dans le goût nouveau. Des écoles laïques d’architecture devaient alors exister dans l’Île-de-France, la Normandie, la Picardie, la Champagne, la Bourgogne, en Belgique, et sur les bords du Rhin. Mais les moyens d’enseignement n’étaient probablement que l’apprentissage chez les patrons, ce que nous appelons aujourd’hui les ateliers. L’impulsion donnée à la fin du XIIe siècle et au commencement du XIIIe à l’architecture, fut l’œuvre de quelques hommes, car l’architecture à cette époque est empreinte d’un caractère individuel qui n’exclut pas l’unité. Peu à peu cette individualité s’efface, on voit que des règles appuyées sur des exemples adoptés comme types, s’établissent ; les caractères sont définis par provinces ; on compose des méthodes, l’art enfin devient, à proprement parler, classique, et s’avance dans cette voie tracée, avec une monotonie de formes, quelque chose de prévu dans les combinaisons, qui devait nécessairement amener chez un peuple doué d’une imagination vive, avide de nouveauté, les aberrations et les tours de force du XVe siècle. Quand les arts en sont arrivés à ce point, l’exécution l’emporte sur la conception de l’ensemble, et la main qui façonne finit par étouffer le génie qui conçoit. À la fin du XVe siècle, les architectes perdus dans les problèmes de géométrie et les subtilités de la construction, entourés d’une armée d’exécutants