Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 108 —

blissements religieux qui renfermaient dans leur sein jusque vers la fin du XIIe siècle tout ce qu’il y avait d’hommes lettrés, savants, studieux dans l’Occident, fournissaient très-probablement les architectes qui dirigeaient non-seulement les constructions monastiques, mais aussi les constructions civiles et peut-être même militaires. Les écoles fondées par Charlemagne s’élevaient à l’abri des églises ; c’était là que devaient nécessairement se réfugier toutes les intelligences vouées à l’étude des sciences et des arts. La géométrie, le dessin, la sculpture et la peinture ne pouvaient être enseignés que dans les seuls établissements qui conservaient encore un peu de calme et de tranquillité au milieu de cet effroyable chaos de l’époque carlovingienne. Vers la fin du Xe siècle, au moment où il semblait que la société allait s’éteindre dans la barbarie, une abbaye se fondait à Cluny, et du sein de cet ordre religieux, pendant plus d’un siècle, sortaient presque tous les hommes qui allaient avec une énergie et une patience incomparables arrêter les progrès de la barbarie, mettre quelque ordre dans ce chaos, fonder des établissements sur une grande partie de l’Europe occidentale, depuis l’Espagne jusqu’en Pologne. Il n’est pas douteux que ce centre de civilisation, qui jeta un si vif éclat pendant les XIe et XIIe siècles, n’ait eu sur les arts comme sur les lettres et la politique une immense influence. Il n’est pas douteux que Cluny n’ait fourni à l’Europe occidentale des architectes comme elle fournissait des clercs réformateurs, des professeurs pour les écoles, des peintres, des savants, des médecins, des ambassadeurs, des évêques, des souverains et des papes ; car rayez Cluny du XIe siècle, et l’on ne trouve plus guère que ténèbres, ignorance grossière, abus monstrueux. Pendant que saint Hugues et ses successeurs luttaient contre l’esprit de barbarie, et par-dessus tout maintenaient l’indépendance du pouvoir spirituel avec une persévérance dont l’histoire des civilisations offre peu d’exemples, il se faisait dans le tiers état une révolution dont les conséquences eurent une immense portée. Un grand nombre de villes, les plus importantes du nord et de l’est de la France, se conjuraient et s’établissaient en communes. Ainsi les restes de la féodalité carlovingienne étaient sapés de deux côtés, par le pouvoir spirituel d’une part, et par les insurrections populaires de l’autre. L’esprit civil apparaît pour la première fois sur la scène avec des idées d’organisation ; il veut se gouverner lui-même, il commence à parler de droits, de libertés ; tout cela est fort grossier, fort incertain ; il se jette tantôt dans les bras du clergé pour lutter contre la noblesse, tantôt il se ligue avec le suzerain pour écraser ses vassaux. Mais au milieu de ces luttes, de ces efforts, la cité apprend à se connaître, à mesurer ses forces, elle n’a pas plutôt détruit qu’elle se presse de fonder, sans trop savoir ce qu’elle fait ni ce qu’elle veut ; mais elle fonde, elle se fait donner des chartes, des privilèges, elle se façonne à l’organisation par corporations, elle sent enfin que pour être forts il faut se tenir unis. Se vendant à tous les pouvoirs, ou les achetant tour à tour, elle vient peser sur tous, les énerve, et prend sa place au milieu d’eux. C’est alors que les arts, les sciences et l’industrie cessent d’être exclusivement renfermés dans