Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/117

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 98 —

grandes arcatures des bas côtés de la cathédrale de Poitiers. Cet édifice (voy. Cathédrale), bâti à la fin du XIIe siècle et au commencement du XIIIe, présente des dispositions particulières qui appartiennent au Poitou. Les voûtes des bas côtés sont aussi hautes que celles de la nef, et le mur sous les fenêtres, épais et élevé, forme une galerie servant de passage au niveau de l’appui de ces fenêtres. Ce haut appui est décoré par une suite de grandes arcatures plein cintre surmontées d’une corniche dont la saillie est soutenue par des corbelets finement sculptés (13). Des arcatures analogues se voient dans la nef de l’église Sainte-Radegonde de Poitiers, qui date de la même époque.

Arcatures.png


arcatures de couronnement. Dans quelques églises romanes, particulièrement celles élevées sur les bords du Rhin, on avait eu l’idée d’éclairer les charpentes au-dessus des voûtes en berceau, au moyen d’une suite d’arcatures à jour formant des galeries basses sous les corniches (voy. Galerie). Les voûtes, en berceau des nefs ou en cul-de-four des absides, laissaient entre leurs reins et le niveau de la corniche convenablement élevée pour laisser passer les entraits des charpentes au-dessus de l’extrados, un mur nu qui était d’un aspect désagréable, et qui de plus était d’une grande pesanteur. (14) Soit la coupe d’une voûte en berceau plein cintre ou en cul-de-four, les fenêtres ne pouvaient se cintrer au-dessus de la naissance A des voûtes, à moins d’admettre des pénétra-