Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 97 —

formes, se compose des mêmes membres de moulures, répète leurs compartiments (12). Ce n’est plus en réalité que la partie inférieure de la fenêtre qui est bouchée, et par le fait, le mur forcé de se retraiter à l’intérieur au nu des vitraux, pour laisser la moitié des meneaux se dégager en bas-relief, ne conserve plus qu’une faible épaisseur qui équivaut à une simple cloison. Il était impossible d’aller plus loin. Pendant les XIVe et XVe siècles, les arcatures basses conservent les mêmes allures, ne variant que dans les détails de l’ornementation suivant le goût du moment.

Arcature.eglise.Saint.Nazaire.Carcassonne.png


On les voit disparaître tout à coup vers le milieu du XVe siècle, et cela s’explique par l’usage alors adopté de garnir les soubassements des chapelles de boiseries plus ou moins riches. Avec les arcatures disparaissent également les bancs de pierre, ceux-ci étant à plus forte raison remplacés par des bancs de bois. Des mœurs plus raffinées, l’habitude prise par les familles riches et puissantes ou par les confréries, de fonder des chapelles spéciales pour assister au service divin, faisaient que l’on préférait les panneaux de bois et des sièges bien secs, à ces murs et à ces bancs froids et humides.

Nous ne pouvons omettre parmi les arcatures de rez-de-chaussée, les