Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/114

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 95 —

saillies des bancs, une certaine solidité d’aspect nécessaire à la base d’un monument. Les bas côtés de la cathédrale de Reims, quoique pourvus de ces larges bancs avec marche en avant, n’ont jamais eu, ou sont dépouillés de leur arcature ; aussi, est-on choqué de la nudité de ces murs de pierre sous les appuis des fenêtres, nudité qui contraste avec la richesse si sage de tout l’intérieur de l’édifice. Pour nous, il n’est pas douteux que les bas côtés de la cathédrale de Reims ont dû être ou ont été garnis d’arcatures comme l’étaient autrefois ceux de la nef de l’église abbatiale de Saint-Denis, les parties inférieures de ces deux nefs ayant les plus grands rapports. Nous donnons ici (9) l’arcature basse de la nef de l’église de Saint-Denis, dont tous les débris existent encore dans les magasins de cet édifice, et dont les traces sont visibles sur place. Disons en passant que c’est avec quelques fragments de cette arcature que le tombeau d’Héloïse et d’Abailard, aujourd’hui déposé au Père-Lachaise, a été composé par M. Lenoir, dans le musée des Petits-augustins.

Arcature.eglise.Saint.Denis.png

Il ne faudrait pas croire que les arcatures ont suivi rigoureusement la voie que nous venons de tracer, pour atteindre leur développement ; avant d’arriver à l’adoption de la courbe en tiers-point on rencontre des tâtonnements, car c’est particulièrement pendant les périodes de transition que les exceptions se multiplient. Nous en donnerons une qui date des premières années du XIIIe siècle, et qui peut compter parmi les plus originales ; elle se