Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/103

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 84 —

cherchait à les accuser, soit par une saillie, et même quelquefois par un filet orné ou mouluré à l’extrados. Tels sont les arcs de décharge qui se voient le long du mur des bas côtés de l’Église St-Étienne de Nevers (fin du XIe siècle) (74).

Arc.decharge.eglise.Saint.Etienne.Nevers.png

Ici ces arcs sont surtout destinés à charger les piles des bas côtés qui reçoivent les poussées des voûtes ; les murs n’étant pas armés de contre-forts, ce surcroît de charge donne aux points d’appui principaux une grande stabilité. C’est un système qui permet d’élever des murs minces entre les piles destinées à recevoir le poids des constructions, il présente par conséquent une économie de matériaux ; on le voit appliqué dans beaucoup d’églises du Poitou, de l’Anjou, de l’Auvergne et de la Saintonge pendant la période romane. Inutile d’ajouter que ces arcs de décharge sont toujours extradossés ; puisque leur fonction essentielle est de reporter les charges supérieures sur leurs sommiers, ils doivent tendre à faire glisser les maçonneries sur leurs reins.

Arc.decharge.eglise.Notre.Dame.du.Port.Clermont.Ferrand.png

Le pignon du transsept sud de l’église de Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand est ainsi porté sur deux arcs de décharge à l’extérieur, reposant sur une colonne (75). Souvent dans l’architecture civile des XIe et XIIe siècles on rencontre des portes dont les linteaux sont soulagés par des arcs de décharge venant appuyer leurs sommiers sur une portée ménagée aux deux