Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/100

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 81 —

les archivoltes et les arcs-ogives. Au-dessus des arcs-boutants les contre-forts sont rendus plus stables par des pinacles, et les colonnes elles-mêmes sont chargées et roidies par les pyramidions qui les surmontent. Il est aisé de comprendre, en examinant le plan A, comment les deux voûtes du porche, qui reposent d’un côté sur le mur du transsept et de l’autre sur les trois colonnes CDE, ne peuvent se maintenir sur des points d’appui aussi grêles qu’au moyen de la buttée des trois arcs-boutants CF, DG, EH, reportant les résultantes de leurs poussées sur les trois contre-forts IKL.

Arc.boutant.eglise.Saint.Urbain.Troyes.2.png

L’espace MCDEN est seul couvert, et forme comme un grand dais suspendu sur de frêles colonnes. Cette élégante construction n’a éprouvé ni mouvement ni déversement, malgré son extrême légèreté, et quoiqu’elle ait été laissée dans les plus mauvaises conditions depuis longtemps.

On aura pu observer, d’après tous les exemples que nous avons donnés, que les arcs-boutants ne commencent à être chanfreinés ou ornés de moulures qu’à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle. En général, les profils des arcs-boutants sont toujours plus simples que ceux des arcs-doubleaux ; il est évident qu’on craignait d’affaiblir les arcs-boutants exposés aux intempéries par des évidements de moulures, et qu’en se laissant entraîner à les tailler sur un profil, on obéissait au désir de ne point faire contraster ces arcs d’une manière désagréable avec la richesse des archivoltes des fenêtres et la profusion de moulures qui couvraient tous les membres de l’architecture dès la fin du XIIIe siècle. Cependant les moulures qui sont profilées à l’intrados des arcs-boutants sont toujours plus simples et conservent une plus grande apparence de force que celles appliquées aux archivoltes et aux arcs des voûtes.

Lorsqu’à la fin du XIIe siècle et au commencement du XIIIe on appliqua le système des arcs-boutants aux grandes voûtes portées sur des piles isolées, on ne songea d’abord qu’à contre-butter les poussées des voûtes des nefs et des chœurs. Les voûtes des transsepts, se retournant à angle droit, n’étaient contre-buttées que par des contre-forts peu saillants. On se fiait sur le peu de longueur des croisillons composés de deux ou trois