Page:Viollet-le-Duc - Description du château de Coucy.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


chaussée (fig. 1). C’est la chapelle romane dont nous venons de parler[1]. On ne communiquait de la ville dans la baille que par une porte donnant sur la ville et défendue contre elle par deux tours en partie conservées[2]. La baille était protégée par le donjon B, qui domine tout son périmètre, et les remparts flanqués par les deux tours extrêmes du château C, D. Un fossé de vingt mètres de largeur sépare le château de la basse-cour. Un seul pont jeté en E sur ce fossé donnait entrée dans le château et était composé de piles isolées, avec deux tabliers à bascule de bois, défendus par deux postes avancés E’, E″ ou châtelets, et deux corps de garde F, F’ posés sur des piles, de manière à laisser libre le fond du fossé. La porte en G est munie de doubles herses et de vantaux. Cette porte s’ouvre sur un long passage voûté qu’il était facile de défendre, et qui devait être muni de mâchicoulis ouverts dans la voûte.

Des deux côtés du couloir sont disposées des salles de garde H voûtées et pouvant contenir des postes nombreux. Au-dessus s’élevait un logis à plusieurs étages, dominant la porte et se reliant à la courtine I. Du couloir d’entrée on débouchait dans la cour K du château, entourée de bâtiments appuyés sur les courtines. En L, se trouvaient des bâtiments de service voûtés à rez-de-chaussée et surmontés de deux étages ; en M, les appartements d’habitation à trois étages, du côté où le château est le moins accessible du dehors, et desservis par

  1. Des fouilles récentes ont mis à découvert les premières assises de cette chapelle, construite au xie siècle et restaurée à la fin du xiie, ainsi que le prouvent les fragments retrouvés en place.
  2. C’est dans les bâtiments dépendant de cette porte que le seigneur de Coucy logeait le châtelain. On désignait ce bâtiment sous le nom de porte Maître-Odon. (Voyez le Dictionnaire historique du département de l’Aisne, par M. Melleville, 1857.)