Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Description du château de Coucy.djvu/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ces dernières bâtisses datent de la fin du xive siècle ou du commencement du xve. On voit parfaitement comment elles furent incrustées dans les anciennes constructions ; comment, pour les rendre plus habitables, on suréleva les courtines d’un étage : car, dans la construction primitive, ces courtines n’atteignaient certainement pas un niveau aussi élevé, laissaient aux cinq tours un commandement plus considérable, et les bâtiments d’habitation avaient une beaucoup moins grande importance. Du temps d’Enguerrand III, la véritable habitation du seigneur était le donjon ; mais quand les mœurs féodales, de rudes qu’elles étaient, devinrent au contraire, vers la fin du xive siècle, élégantes et raffinées, ce donjon dut paraître fort triste, sombre et incommode : le duc d’Orléans, devenu seigneur de Coucy, bâtit alors ces élégantes constructions ouvertes sur la campagne, et les fortifia suivant la méthode adoptée à cette époque.

Le donjon et sa chemise, les quatre tours d’angle, la partie inférieure des courtines, le rez-de-chaussée de la porte d’entrée et la chapelle ainsi que toute l’enceinte de la baille, appartiennent à la construction primitive du château de Coucy sous Enguerrand III.

Ces quatre tours méritent que nous en disions quelques mots. Chaque chambre, à partir du rez-de-chaussée, se compose à l’intérieur de six pans avec niches, dont quelques-unes sont percées de meurtrières. Ces pièces sont voûtées, et les niches se chevauchent à chaque étage, les pleins étant au-dessus des vides, et vice versâ ; ce qui était fait pour voir tous les points du dehors, et surtout pour éviter les lézardes verticales qui se produisent dans ces sortes de constructions, lorsque les vides sont tous au-dessus les uns des autres. Des cheminées sont pratiquées dans les salles, qui sont en outre accompagnées