Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Description du château de Coucy.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.



dans le passé d’aller voir le donjon de Coucy ; car rien ne peint mieux la féodalité dans sa puissance, ses mœurs, sa vie toute guerrière, que cet admirable débris du château d’Enguerrand.

En montant toujours par l’escalier à vis, on arrive au dernier étage, qui est crénelé. Une couverture de plomb protégeait les voûtes et formait une plate-forme en pavillon ; à l’entour, un large chemin de ronde permet de circuler librement et d’arriver aux créneaux. Les écoulements d’eau, bien ménagés dans les reins de chacune des voûtes du portique, ne peuvent laisser douter que cet étage n’ait toujours été laissé à ciel ouvert, ainsi que l’indique la gravure de du Cerceau ; cependant, en temps de guerre, de grands hourds à double étage étaient posés sur les corbeaux de pierre qui existent en contre-bas du crénelage. La figure 4 présente une portion de ces hourds posés. On voit apparaître au sommet du donjon de Coucy la transition des hourds de bois aux mâchicoulis de pierre. En effet, pour un ouvrage aussi puissamment conçu et exécuté, les hourds portés sur des solives en bascule ne devaient pas paraître une défense assez durable. Ce système de hourds portés sur des consoles de pierre est appliqué non-seulement au donjon de Coucy, mais aussi aux tours du château[1]. Les dispositions défensives de Coucy n’attirent pas seules l’attention de l’archéologue ; le donjon présente des fragments de sculptures d’une grande beauté.

Voici par quel procédé le donjon de Coucy dut être élevé. La construction fut conduite en spirale, de la base au sommet, au moyen d’un échafaudage dressé en même temps que les maçonneries s’élevaient ; cet échafaud formait ainsi en dehors

  1. À la porte de la ville de Coucy, dite porte de Laon, on voit encore des fragments de ces hourds de bois posés sur des corbeaux de pierre.