Page:Viollet-le-Duc, Histoire d une maison, 1873.djvu/9

Cette page n’a pas encore été corrigée
HISTOIRE
D’UNE MAISON

CHAPITRE I

M. PAUL A UNE IDÉE.

C’est un bon temps que le temps des vacances. Le ciel est doux; la campagne revêt sa plus aimable parure; les fruits sont mûrs. Tout sourit au lycéen qui, dans son bagage, apporte les preuves de l’utile emploi de son temps.

Chacun le félicite de ses succès et lui fait entrevoir au delà de ces six semaines de repos, des labeurs attrayants couronnés par une brillante carrière.

Oui, c’est un bon temps ; il semble alors que l’air est plus léger, le soleil plus brillant, les prairies plus vertes. La pluie maussade paraît chargée de senteurs délicieuses.

Sitôt le jour paru, on s’empresse d’aller revoir les coins aimés du parc, et la fontaine, et le petit lac, et la ferme ; de s’enquérir des chevaux, du bateau, des plantations.

On cause avec la fermière, qui vous présente, en souriant, une belle galette toute chaude. On suit le garde-chasse, qui