Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/96

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
1834


ROMAN MODERNE. — UN HOMME D’HONNEUR. — L’honneur est la seule base de sa conduite et remplace la religion en lui. — Le faire passer sa vie entière par toutes les professions actuelles, dont en même temps son contact fera ressortir les défauts et dont sa conduite fera la satire.

L’honneur le défend de tous les crimes et de toutes les bassesses : c’est sa religion. Le christianisme est mort dans son cœur. À sa mort, il regarde la croix avec respect, accomplit tous ses devoirs de chrétien comme une formule et meurt en silence.

L’ennui est la grande maladie de la vie ; on ne cesse de maudire sa brièveté, et toujours elle est trop longue, puisqu’on n’en sait que faire. Ce serait faire du bien aux hommes que de leur donner la manière de jouir des idées et de jouer avec elles, au lieu de jouer avec les actions qui froissent toujours les autres et nuisent au prochain.