Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Il vaudrait mieux pour moi être morte que rester ainsi. » — Pauvre mère, elle me tue avec ces mots-là.

―――

3 Avril. — Un vaisseau cargue toutes ses voiles dans l’orage et se laisse aller au sent. Je fais de même dans les chagrins et les grands événements ; pour ménager les forces de ma tête, je ne lis ni n’écris, et je ne laisse prendre à la vie sur moi que le moins possible.

Malgré tout ce travail de la volonté, la douleur nous saisit au cœur malgré nous et reste là.

―――

La vie de famille attendrit l’homme. Un mameluk est acheté à l’âge de douze ans en Circassie. Il est élevé en soldat, en centaure. Il a des esclaves égyptiennes qui jamais ne lui donnent d’enfants en Égypte ; il n’a ni père ni fils ; il a des compagnons d’armes qu’il ne pleure pas quand ils tombent.

Il est l’homme le plus énergique de la terre.

Quelquefois, j’envie cet homme et je regrette mes quatorze ans d’armée.