Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mouvement de poésie qui s’élancent malgré moi. O ma muse ! ma muse ! je suis séparé de toi. Séparé par les vivants qui ont des corps et qui font du bruit. Toi, tu n’as pas de corps ; tu es une âme, une belle âme, une déesse.

——

Bonaparte, c’est l’homme ; Napoléon, c’est le rôle. Le premier a une redingote et un chapeau ; le second, une couronne de lauriers et une toge.

——

Le 6 de ce mois de mars, ma mère, ma bonne mère a eu une attaque de paralysie sur tout le côté droit, joue, bras et jambe ; les saignées l’avaient rétablie.

Aujourd’hui, elle a une seconde attaque d’apoplexie que deux saignées suspendent ; mais on ne peut parvenir à dégager le cerveau, qui s’égare et reste perdu peut-être pour toujours. — Elle avait un jeune médecin, M. Magistel ; j’y joins M. Salmade, médecin expérimenté et âgé, pour que sa prudence empêche l’ardeur trop hardie de l’autre.

——

DU 17 AU 18 MARS. — Nuit d’angoisses. Je la passe debout, près du lit de ma mère, — Au jour, son visage était effrayant.