Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il y avait un madrigal à cinq voix (par Palestrina), délicieuse composition pleine d’amour et de suavité. Puis un ’’concerto passegiato’’ pour violes, harpe, orgue et théorbe.

— La terre parle avec ces instruments ; avec l’orgue le ciel répond. — Puis enfin la ’’Romanesca’’, air tel qu’un ange en peut inventer pour adorer.

Que j’ai admiré ces médailles de la musique !

———

IDÉE DE POEME. — LA FORNARINA. — O maîtresse de Raphaël, tu le vis s’épuiser dans tes bras.

Qu’as-tu fait, ô femme ! qu as-tu fait ! Une idée par baiser s’écoulait sur tes lèvres …

Elle s’endort dans les bras de Raphaël après qu’ils sont allés visiter la Campagne de Rome. — Elle rêve que ses idées, tuées par elle, viennent se plaindre ; les idées de Raphaël sont des tableaux sublimes. Les personnages se groupent, puis se détachent en soupirant et reprennent leur vol vers le ciel.

La Fornarina s’éveille, embrasse Raphaël : il était mort.

———

C’est une effrayante chose que la facilité avec laquelle les Français affectent la conviction qu’ils n’ont pas, le caractère du voisin jusque dans leurs œuvres les plus éle-