Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ballanche, dans son Essai sur les institutions sociales, dit qu’il ne peut y avoir aucune raison d’écrire la poésie en vers, depuis que les poèmes ne se chantent plus. Il nomme notre poésie une langue triée, à laquelle on ajoute la rime. Il se trompe. Tout homme qui dit bien ses vers les chante, en quelque sorte.


Le noble et l’ignoble sont les deux noms qui distinguent le mieux, à mes yeux, les deux races d’hommes qui vivent sur terre.

Ce sont réellement deux races qui ne peuvent s’entendre en rien et ne sauraient vivre ensemble.


Les plus effrayés du choléra étaient les plus vieux. — On dirait qu’à force de vivre, ils s’imaginent qu’ils accumulent avec les années des pierres d’un bel édifice, que rien ne peut détruire, et dont il faut avoir bien soin à mesure qu’il vieillit.


31 décembre, minuit. — L’année expire enfin ; cette douloureuse année a soufflé sur nous le choléra et les