Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/76

Cette page a été validée par deux contributeurs.

demi. — Dans l’antiquité, qui perdait une représentation de Cicéron perdait tout ; aujourd’hui, on se dit :

— Je ne l’ai pas entendu ce matin, qu’importe ! je le lirai demain.


Quelquefois, notre langue a embelli ce qu’elle a touché ; cela est rare, il est vrai. — J’aime mieux Michel-Ange que Michelangelo, et Florence que Firenze.


Le véritable citoyen libre est celui qui ne tient pas au gouvernement et qui n’en tient rien. — Voilà ma pensée et voilà ma vie.


L’amélioration de la classe la plus nombreuse et l’accord entre la capacité prolétaire et l’hérédité propriétaire sont toute la question politique actuelle.


Le Docteur noir, c’est la vie. Ce que la vie a de réel, de triste, de désespérant, doit être représenté par lui et par ses paroles, et toujours le malade doit être supérieur à sa triste raison de tout ce qu’a la poésie de supérieur à la réalité douloureuse qui nous enserre ; mais cette raison