Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/64

Cette page a été validée par deux contributeurs.

sourde colère contre eux, à la vue de l’assurance de leur médiocrité, de la suffisance et de la puérilité de leurs décisions, de l’aveuglement complet de leur conduite.


Oh ! fuir ! fuir les hommes et se retirer parmi quelques élus, élus entre mille milliers de mille !