Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/58

Cette page a été validée par deux contributeurs.

nous appelle tous ? J’ai servi treize ans le roi. Ce mot : le roi, qu’est-ce donc ? Et quitter ma vieille mère et ma jeune femme qui comptent sur moi ! Je les quittetai, c’est bien injuste, mais il le faudra.

La nuit est presque achevée. — Encore le canon.


jeudi 29. — Ils ne viennent pas à Paris, on meurt pour eux. Race de Stuarts ! Oh ! je garde ma famille.

Attaque des casernes de la rue Verte et de la Pépinière. Bravoure incomparable des ouvriers serruriers. — J’ai mis la tête à la fenêtre pour voir si quelque blessé de l’un des deux partis venait se réfugier à ma porte. On vient de faire feu sur moi, on a cru que je voulais tirer de la fenêtre. Les trois balles ont cassé la corniche de ma fenêtre.

— En vingt minutes, les deux casernes prises.


vendredi 30. — Pas un prince n’a paru. Les pauvres braves de la garde sont abandonnés sans ordres, sans pain depuis deux jours, traqués partout et se battant toujours. — Ô guerre civile, ces obstinés dévots t’ont amenée !

Chassés de partout. Paris est libre.


samedi 31. — Donc, en trois jours, ce vieux trône sapé !