Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.

des otages à son pays : la femme, les enfants, garants qu’il ne peut déserter et devenir cosmopolite.


La puissance est toujours avec la lumière : de là vient que, dans le moyen âge, le clergé eut la force parce qu’il eut la science ; à présent, il est inférieur en connaissances, de là en empire.


Il faut que les hommes de talent se portent sur les points menacés du cercle de l’esprit humain, et se rendent forts sur ce qui manque à la nation.


La pensée est semblable au compas qui perce le point sur lequel il tourne, quoique sa seconde branche décrive un cercle éloigné.

L’homme succombe sous son travail et est percé par le compas.


La raison offense tous les fanatismes.