Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/47

Cette page a été validée par deux contributeurs.

viendrait en France : « Je ne le sais pas, » m’a-t-il dit. L’ambassadeur l’attendait, il allait sortir, je l’ai quitté, non sans l’avoir observé d’un œil fixe tandis qu’il parlait en anglais avec mon oncle.