Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/44

Cette page a été validée par deux contributeurs.


1826

9 décembre. — Achevé de revoir les dernières épreuves de Cinq-Mars.

Ce qui fait l’originalité de ce livre, c’est que tout y a l’air roman et que tout y est histoire. — Mais c’est un tour de force de composition dont on ne sait pas gré et qui, tout en rendant la lecture de l’histoire plus attachante par le jeu des passions, la fait suspecter de fausseté et quelquefois la fausse en effet.


lundi 6 novembre. — Voir est tout et tout pour moi. Un seul coup d’œil me révèle un pays et je crois deviner sur le visage, une âme. — Aujourd’hui, à onze heures, l’oncle de ma femme, M. le colonel Hamilton Bunbury, m’a présenté à sir Walter Scott qu’il connaissait. Dans un appartement de l’hôtel de Windsor, au second, au fond de la cour, j’ai trouvé l’illustre Écossais. En entrant dans son cabinet, j’ai vu un vieillard tout autre que ne l’ont re-