Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/42

Cette page a été validée par deux contributeurs.

par des querelles sans fin. Nous ne sommes pas sûrs de tout savoir au sortir du cachot, mais sûrs de ne rien savoir dedans.


Que Dieu est bon, quel geôlier adorable, qui sème tant de fleurs qu’il y en a dans le préau de notre prison ! Il y en a (le croirait-on ?) à qui la prison devient si chère, qu’ils craignent d’en être délivrés ! Quelle est donc cette miséricorde admirable et consolante qui nous rend la punition si douce ? Car nulle nation n’a douté que nous ne fussions punis – on ne sait de quoi.


Il faut surtout anéantir l’espérance dans le cœur de l’homme.

Un désespoir paisible, sans convulsions de colère et sans reproches au ciel est la sagesse même.

Dès lors, j’accepte avec reconnaissance tous les jours de plaisir, tous les jours même qui ne m’apportent pas un malheur ou un chagrin.


On a de la peine à s’imaginer que Robespierre ait été