Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CODICILLE DE MON TESTAMENT.


« Après avoir étudié et éprouvé l’excellence d’esprit et de cœur de mon ami Louis Ratisbonne, je l’institue et nomme propriétaire absolu et légataire de mes œuvres littéraires, sous toute forme, qui ont été publiées jusqu’à ce jour. Livres et théâtre n’auront, en l’absence éternelle de l’auteur, d’autre autorité que la sienne et il y tiendra ma place en tout :

» 1° À cette seule condition qu’il ne sera jamais cédé par lui une édition nouvelle que par un traité stipulant que, cette édition écoulée, il rentrera, à l’expiration du traité, dans la plénitude de sa propriété ;

» C’est-à-dire qu’il pourra, sans conteste, en céder une nouvelle édition dans quelque format que ce soit, même celui dans lequel viendra d’être imprimée la plus récente édition ;

» 2° Et sous cette condition encore, que jamais M. Louis Ratisbonne ne cédera à aucun éditeur la propriété entière de mes œuvres et la possession perpétuelle.

» Il sait que l’expérience a démontré que, pour exciter et renouveler la curiosité publique, les éditeurs souillent par des préfaces et des annotations douteuses, quand elles ne sont pas hostiles et perfides, les éditions posthumes des œuvres célèbres.

» C’est pour mettre à tout jamais mon nom a l’abri de ces insinuations littéraires flétrissantes et dangereuses