Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/222

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

s’attache à récompenser surtout les talents sérieux et attachés à l’art vrai et pur, que M. de Laprade et M. de Champagny ont aussi la croix.




note. — 20 janvier. — Un ami du jeune duc d’Aumale me dit qu’après la séance de ma réception, le duc d’Aumale a dit :

— M. Molé s’est mal conduit.

Le duc d’Aumale avait assisté à la séance, dans une loge au-dessus de la statue de Sully.




guiraud. — Sa mort presque subite a beaucoup attristé l’Académie. — J’ai particulièrement été fort affligé de ne pouvoir siéger près de lui, comme je me l’étais promis et comme il s’en réjouissait avec moi. Une opération maladroitement faite par un chirurgien l’a tué.

C’était un homme qui tenait de l’écureuil par sa vivacité, et il semblait toujours tourner dans sa cage. Ses cheveux rouges, son parler vif, gascon, pétulant, embrouillé, lui donnaient l’air d’avoir moins d’esprit qu’il n’en avait en effet, parce qu’il perdait la tête dans la discussion et s’emportait à tout moment hors des rails de la conversation. Mais très-sensible, très-bon, très-spirituel,