Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/146

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

J’ai reçu une éducation très-forte. L’habitude de l’application et d’un travail perpétuel m’a rendu si attentif à mes idées, que le travail du soir ou de la nuit se continue en moi à travers le sommeil et recommence au réveil. Puis vient la vie de la journée, qui n’est pour moi que ce qu’était la récréation du collège, et, le soir, revient le travail du matin dans sa continuation vigoureuse et toujours la même.

———

DE VOLTAIRE. — L’esprit vif et impatient de Voltaire faisait qu’il ne se donnait pas le temps de résumer ses idées.
Quelquefois pourtant, il le fait vite et comme à la hâte, et il est d’une admirable justesse.
Comme ici, où je trouve jetée au hasard cette ligne sur l’orthographe :
« L’écriture est la peinture de la voix : plus elle est ressemblante, meilleure elle est. »

———

DE SHAKSPEARE. — IL ne suffit pas d’entendre l’anglais pour comprendre ce grand homme, il faut entendre le