Page:Vigny - Journal d’un poète, éd. Ratisbonne, 1867.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La presse est une bouche forcée d’être toujours ouverte et de parler toujours. De là vient qu’elle dit mille fois plus qu’elle n’a à dire, et qu’elle divague souvent et extravague.
Il en serait ainsi d’un orateur, fût-ce Démosthène, forcé de parler sans interruption toute l’année.