Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 045.jpg




CHAPITRE IX. — UNE NOUVELLE.


Le cercle polaire était enfin franchi ; le Forward passait le 30 avril, à midi, par le travers d’Holsteinborg ; des montagnes pittoresques s’élevaient dans l’horizon de l’est. La mer paraissait pour ainsi dire libre de glaces, ou plutôt, ces glaces pouvaient être facilement évitées. Le vent sauta dans le sud-est, et le brick, sous sa misaine, sa brigantine, ses huniers et ses perroquets, remonta la mer de Baffin.

Cette journée fut particulièrement calme, et l’équipage put prendre un peu de repos ; de nombreux oiseaux nageaient et voltigeaient autour du navire ; le docteur remarqua, entre autres, des alca-alla, presque semblables à la sarcelle, avec le cou, les ailes, le dos noirs et la poitrine blanche ; ils plongeaient avec vivacité, et leur immersion se prolongeait souvent au-delà de quarante secondes.

Cette journée n’eût été marquée par aucun incident nouveau, si le fait suivant, quelque extraordinaire qu’il paraisse, ne se fût pas produit à bord.

Le matin, à six heures, en rentrant dans sa cabine après son quart, Richard Shandon trouva sur sa table une lettre avec cette suscription :

« Au commandant Richard Shandon, à bord du Forward.
« Mer de Baffin. »

Shandon ne put en croire ses yeux ; mais avant de prendre connaissance de