Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/45

Cette page a été validée par deux contributeurs.
35
LES ANGLAIS AU POLE NORD


Simpson, le harponneur, s’en empara, et le rapporta à son propriétaire.« Un vilain gibier, monsieur Clawbonny, dit-il.— Qui fera un excellent repas, au contraire, mon ami !— Quoi ! vous allez manger cela ?— Et vous en goûterez, mon brave, fit le docteur en riant.— Pouah ! répliqua Simpson ; mais c’est huileux et rance comme tous les oiseaux de mer.— Bon ! répliqua le docteur ; j’ai une manière à moi d’accommoder ce gibier là, et si vous le reconnaissez après pour un oiseau de mer, je consens à ne plus en tuer un seul de ma vie.

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 026.jpg


— Vous êtes donc cuisinier, monsieur Clawbonny ? demanda Johnson.— Un savant doit savoir un peu de tout.— Alors, défie-toi, Simpson, répondit le maître d’équipage ; le docteur est un habile homme, et il va nous faire prendre ce puffin pour une groose[1] du meilleur goût. »

'The English at the Noth Pole' by Riou and Montaut 027.jpg


Le fait est que le docteur eut complètement raison de son volatile ; il enleva habilement la graisse qui est située tout entière sous la peau, principalement sur les hanches, et avec elle disparut cette rancidité et cette odeur de poisson dont on a parfaitement le droit de se plaindre dans un oiseau. Ainsi préparé, le puffin fut déclaré excellent, et par Simpson lui-même.Pendant le dernier ouragan, Richard Shandon s’était rendu compte des qualités de son équipage ; il avait analysé ses hommes un à un, comme doit le faire tout commandant qui veut parer aux dangers de l’avenir ; il savait sur quoi compter.James Wall, officier tout dévoué à Richard, comprenait bien, exécutait bien, mais il pouvait manquer d’initiative ; au troisième rang, il se trouvait à sa place.Johnson, rompu aux luttes de la mer, et vieux routier de l’océan Arctique, n’avait rien à apprendre en fait de sang-froid et d’audace.

  1. Sorte de perdrix.