Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/447

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Rassurez-vous, Bell. Pour en revenir à l’immobilité de l’axe terrestre, il en résulte donc ceci : c’est que si nous étions pendant l’hiver à cette place, nous verrions les étoiles décrire un cercle parfait autour de nous. Quant au soleil, le jour de l’équinoxe du printemps, le 23 mars, il nous paraîtrait (je ne tiens pas compte de la réfraction), il nous paraîtrait exactement coupé en deux par l’horizon, et monterait peu à peu en formant des courbes très allongées ; mais ici, il y a cela de remarquable que, dès qu’il a paru, il ne se couche plus ; il reste visible pendant six mois ; puis son disque vient raser de nouveau l’horizon à l’équinoxe d’automne, au 22 septembre, et, dès qu’il s’est couché, on ne le revoit plus de tout l’hiver.

— Vous parliez tout à l’heure de l’aplatissement de la terre aux pôles, dit Johnson ; veuillez donc m’expliquer cela, monsieur Clawbonny.

— Voici, Johnson. La terre étant fluide aux premiers jours du monde, vous comprenez qu’alors son mouvement de rotation dut repousser une partie de sa masse mobile à l’équateur, où la force centrifuge se faisait plus vivement sentir. Si la terre eût été immobile, elle fût restée une sphère parfaite ; mais, par suite du phénomène que je viens de vous décrire, elle présente une forme ellipsoïdale, et les points du pôle sont plus rapprochés du centre que les points de l’équateur de cinq lieues un tiers environ.

— Ainsi, dit Johnson, si notre capitaine voulait nous emmener au centre de la terre, nous aurions cinq lieues de moins à faire pour y arriver ?

— Comme vous le dites, mon ami.

— Eh bien, capitaine, c’est autant de chemin de fait ! Voilà une occasion dont il faut profiter… »

Hatteras ne répondit pas. Évidemment, il n’était pas à la conversation, ou bien il l’écoutait sans l’entendre.

« Ma foi ! répondit le docteur, au dire de certains savants, ce serait peut-être le cas de tenter cette expédition.

— Ah ! vraiment ! fit Johnson.

— Mais laissez-moi finir, reprit le docteur ; je vous raconterai cela plus tard ; je veux vous apprendre d’abord comment l’aplatissement des pôles est la cause de la précession des équinoxes, c’est-à-dire pourquoi, chaque année, l’équinoxe du printemps arrive un jour plus tôt qu’il ne le ferait, si la terre était parfaitement ronde. Cela vient tout simplement de ce que l’attraction du soleil s’opère d’une façon différente sur la partie renflée du globe située à l’équateur, qui éprouve alors un mouvement rétrograde. Subséquemment, c’est ce qui déplace un peu ce pôle, comme je vous l’ai dit plus haut. Mais, indépendamment de cet