Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/432

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Par instants, la chaloupe se renversait sur le côté, à faire craindre que sa quille n’émergeât tout entière ; cependant elle finissait par se relever sous l’action du gouvernail, comme un coursier dont les jarrets fléchissent et que son cavalier relève de la bride et de l’éperon.

Hatteras, échevelé, la main soudée à sa barre, semblait être l’âme de cette barque et ne faire qu’un avec elle, ainsi que l’homme et le cheval au temps des centaures.


'The Field of Ice' by Riou and Montaut 110.jpg


Soudain, un spectacle épouvantable s’offrit à ses regards.

À moins de dix toises, un glaçon se balançait sur la cime houleuse des vagues ; il descendait et montait comme la chaloupe ; il la menaçait de sa chute, et l’eût écrasée à la toucher seulement.