Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/424

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lors, que la mer fût libre à cette époque, comme elle le devait être par le travers de la baie de Disko, dans la mer de Baffin. Ainsi donc, un bâtiment aurait eu là ses coudées franches pendant les mois d’été.

Cette observation a une grande importance pratique ; en effet, si jamais les baleiniers peuvent s’élever dans le bassin polaire, soit par les mers du nord de l’Amérique, soit par les mers du nord de l’Asie, ils sont assurés d’y faire rapidement leur cargaison, car cette partie de l’Océan paraît être le vivier universel, le réservoir général des baleines, des phoques et de tous les animaux marins.

À midi, la ligne d’eau se confondait encore avec la ligne du ciel ; le docteur commençait à douter de l’existence d’un continent sous ces latitudes élevées.


'The Field of Ice' by Riou and Montaut 106.jpg


Cependant, en réfléchissant, il était forcément conduit à croire à l’existence d’un continent boréal ; en effet, aux premiers jours du monde, après le refroidissement de la croûte terrestre, les eaux, formées par la condensation des vapeurs atmosphériques, durent obéir à la force centrifuge, s’élancer vers les zones équatoriales et abandonner les extrémités immobiles du globe. De là l’émersion nécessaire des contrées voisines du pôle, Le docteur trouvait ce raisonnement fort juste.

Et il semblait tel à Hatteras.

Aussi les regards du capitaine essayaient de percer les brumes de l’horizon. Sa lunette ne quittait pas ses yeux. Il cherchait dans la couleur des eaux, dans la forme des vagues, dans le souffle du vent, les indices l’une terre prochaine. Son front se penchait en avant, et qui n’eût pas connu ses pensées l’eût admiré, cependant, tant il y avait dans son attitude d’énergiques désirs et d’anxieuses interrogations.