Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/409

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Des Européens ici ! s’écria Hatteras.

— Évidemment, fit Johnson.

— Et cependant, dit le docteur, c’est tellement improbable qu’il faut y regarder à deux fois avant de se prononcer. »

Le docteur examina donc l’empreinte deux fois, trois fois, et il fut bien obligé de reconnaître son origine extraordinaire.

Le héros de Daniel de Foë ne fut pas plus stupéfait en rencontrant la marque d’un pied creusée sur le sable de son île ; mais si ce qu’il éprouva fut de la crainte, ici ce fut du dépit pour Hatteras. Un Européen si près du pôle !

On marcha en avant pour reconnaître ces traces ; elles se répétaient pendant un quart de mille, mêlées à d’autres vestiges de raquettes et de mocassins ; puis elles s’infléchissaient vers l’ouest.

Arrivés à ce point, les voyageurs se demandèrent s’il fallait les suivre plus longtemps.

« Non, répondit Hatteras. Allons… »

Il fut interrompu par une exclamation du docteur, qui venait de ramasser sur la neige un objet plus convaincant encore et sur l’origine duquel il n’y avait pas à se méprendre. C’était l’objectif d’une lunette de poche.

« Cette fois, dit-il, on ne peut plus mettre en doute la présence d’un étranger sur cette terre !…

— En avant ! » s’écria Hatteras.

Et il prononça si énergiquement cette parole, que chacun le suivit ; le traîneau reprit sa marche un moment interrompue.

Chacun surveillait l’horizon avec soin, sauf Hatteras, qu’une sourde colère animait et qui ne voulait rien voir. Cependant, comme on risquait de tomber dans un détachement de voyageurs, il fallait prendre ses précautions ; c’était véritablement jouer de malheur que de se voir précédé sur cette route inconnue ! Le docteur, sans éprouver la colère d’Hatteras, ne pouvait se défendre d’un certain dépit, malgré sa philosophie naturelle. Altamont paraissait également vexé ; Johnson et Bell grommelaient entre leurs dents des paroles menaçantes.

« Allons, dit enfin le docteur, faisons contre fortune bon cœur.

— Il faut avouer, dit Johnson, sans être entendu d’Altamont, que si nous trouvions la place prise, ce serait à dégoûter de faire un voyage au pôle !

— Et cependant, répondit Bell, il n’y a pas moyen de douter…

— Non, répliqua le docteur ; j’ai beau retourner l’aventure dans mon esprit, me dire que c’est improbable, impossible, il faut bien se rendre ; ce soulier ne s’est pas empreint dans la neige sans avoir été au bout d’une jambe et sans que